12.01.2018, 07:00

Longirod: un couple reprend l'auberge communale

Abonnés
chargement
Alain Torrens et Sandra Lapalud aiment le contact avec la clientèle. Le couple sera à l’écoute de sa future clientèle de l’auberge.

 12.01.2018, 07:00 Longirod: un couple reprend l'auberge communale

Restauration L’auberge communale est reprise par le couple qui tient les rênes – jusqu’à ce samedi – du Petit bouchon à Etoy.

Troquer Le petit bouchon contre Trois sapins, Sandra Lapalud et Alain Torrens ont décidé de prendre de la hauteur et de gagner les cimes jurassiennes. Les Etierruz reprennent l’auberge communale Aux trois sapins de Longirod, dont le nom fait référence aux armoiries de la commune. Ils se mueront pour le coup en Longerois. L’établissement rouvre le 7 février. Le couple préside aux destinées de la chambre et table...

Troquer Le petit bouchon contre Trois sapins, Sandra Lapalud et Alain Torrens ont décidé de prendre de la hauteur et de gagner les cimes jurassiennes. Les Etierruz reprennent l’auberge communale Aux trois sapins de Longirod, dont le nom fait référence aux armoiries de la commune. Ils se mueront pour le coup en Longerois. L’établissement rouvre le 7 février. Le couple préside aux destinées de la chambre et table d’hôtes Le petit bouchon d’Etoy jusqu’à demain. Ensuite, l’aventure, initiée par Sandra Lapalud en 2010 dans une maison vigneronne de 1802, prendra fin. Une formidable expérience, aux dires du couple, mais l’envie d’évoluer et de se développer l’a motivé à quitter Etoy où il n’y a que 20 places à la table du Petit bouchon.

«Coup de cœur»

«Quand nous avons su que l’établissement était à reprendre, nous sommes venus le visiter et nous avons eu un coup de cœur», racontent d’une même voix Sandra Lapalud et Alain Torrens. Ravi de gagner en altitude et en nombre de places dans l’établissement – «avec en plus une vue sur le Mont-Blanc» – le couple entend continuer à offrir une cuisine de saison, du terroir, à base de produits frais et de la région, y compris des mets de brasserie typiquement vaudois. Du fait maison uniquement...
On y dégustera à titre d’exemple des poissons des pêcheurs du Léman de la région et de vraies frites maison, des viandes en sauce qu’aime à concocter Alain Torrens qui sera en cuisine. Le chef continuera à proposer des viandes sur ardoise qui ont fait la réputation de l’auberge ou des mets au fromage. Sandra Lapalud assurera, quant à elle, l’accueil et le service en salle.
Comptable de formation, née aux Pays-Bas, arrivée en Suisse en 2005 pour y travailler, Sandra Lapalud confesse avoir toujours désiré travailler dans l’hôtellerie. «A Etoy, j’ai commencé à réaliser mon rêve», dit-elle. Elle commence par mettre sur pied un bed and breakfast dans une maison vigneronne en 2010, puis crée un carnotzet, et enfin de nouvelles chambres et une table d’hôte fin 2013 dans l’ancienne écurie du domaine viticole. L’offre plaît et l’affaire marche bien.

Chef à Montherod et Perroy

Fin 2016, Alain Torrens la rejoint et œuvre en cuisine. Le chef, Lausannois d’origine où il a fait son apprentissage, n’est de loin pas un inconnu dans la région. Il a passé par les cuisines de l’auberge de Montherod durant huit ans, puis celles de la Passade pendant dix ans. Précédemment, il tenu les rênes de deux restaurants, l’un à Payerne et l’autre à Estavayer-le-Lac.

Autorités satisfaites de leur choix

Alexandra Sauthier a servi une dernière fois ses clients ce dimanche, quittant à regret le métier pour des raisons de santé. La jeune femme, pâtissière-confiseuse et cuisinière de formation, avait repris les rênes de l’auberge en septembre 2011, alors qu’elle n’avait que 24 ans.
Le syndic Eric Chesaux regrette son départ tout en se réjouissant, malgré tout, que l’auberge communale ne soit fermée que brièvement.
«Nous sommes très contents de notre choix, Sandra Lapalud et Alain Torrens avaient le meilleur dossier, explique l’élu. Nous sommes satisfaits que l’activité continue presque sans interruption. L’auberge est un point de ralliement important pour la vie sociale de notre village».


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top