12.01.2018, 16:43

Denise Borcard quittera samedi son Café Vaudois pour son ultime voyage

Abonnés
chargement
Denise Borcard a passé plus d'un demi-siècle à exploiter un restaurant, puis une pinte, devenue la dernière de Nyon.

 12.01.2018, 16:43 Denise Borcard quittera samedi son Café Vaudois pour son ultime voyage

Carnet noir La patronne depuis 42 ans du Café Vaudois, au centre de Nyon, est décédée mercredi soir. A 73 ans, elle vivait encore par et pour sa pinte à vins avant qu'une maladie ne l'emporte en quelques mois.

Hormis durant les trois semaines de vacances estivales, l'événement n'est pas fréquent: ce samedi, le Café Vaudois au coeur de la ville de Nyon restera clos. Sa patronne quittera cet endroit pour son ultime voyage, via le temple de Nyon vers lequel elle sera emmenée par des porteurs. Denise Borcard s'est éteinte mercredi en fin de journée.

A 73 ans, il n'était pas question pour elle de ranger ses...

Hormis durant les trois semaines de vacances estivales, l'événement n'est pas fréquent: ce samedi, le Café Vaudois au coeur de la ville de Nyon restera clos. Sa patronne quittera cet endroit pour son ultime voyage, via le temple de Nyon vers lequel elle sera emmenée par des porteurs. Denise Borcard s'est éteinte mercredi en fin de journée.

A 73 ans, il n'était pas question pour elle de ranger ses plateaux, ses tasses à café et ses chopines. "J'aime ce métier, je l'ai toujours aimé, confiait-elle lors de son 70e anniversaire, dont un demi-siècle dans un bistrot. Tant que j'aurais la santé, je serai sur le pont", promettait-elle encore.

3,80 francs de recettes pour sa première journée

Fille de Borex née Corthésy, "Denise avait ce métier dans le sang", relate son compagnon, Christian Narindal. Mais que de chemin parcouru depuis la recette de son premier jour à la tête d'un établissement: "elle se souvenait avoir encaissé 3,80 francs de la journée... c'est loin, ça", relève son ami.

Après avoir exploité durant douze ans le café de l'Union à Crans-près-Céligny, avec sa cuisine et sa pompe à essence, elle a repris le Café Vaudois en avril 1976, avec son époux, décédé peu après.

Une ambiance immuable dans la pinte à vins

"Rien n'y a changé depuis la reprise", indique celui qui a partagé sa vie depuis 34 ans. Si dans le décor, les rideaux verts aux couleurs des armoiries cantonales et le portrait du Général Guisan, confirme ses dires, on peut en prétendre autant sur la clientèle. D'abord fief du parti radical nyonnais, l'établissement a accueilli tous les bords politiques et surtout de toutes les générations.

Imperturbablement, le bistrot ouvrait à 8 heures pour fermer à 20 heures, du lundi au samedi. On n'y servait pas à manger, si ce n'est de quoi accompagner l'apéritif. Et comme la patronne baissait le rideau pas trop tard, ce n'est pas là que les Nyonnais "pedzaient" excessivement. Pas de quoi négocier une prolongation, Denise Borcard avait son caractère pour ne pas se laisser marcher sur les pieds.

Des funérailles ce samedi

Un dernier hommage à celle "qui ne se voyait pas du tout jouer au scrabble toutes les après-midis" lui sera rendu par ses nombreux amis et clients ce samedi 13 janvier à 15 heures, au temple de Nyon.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !

À lire aussi...

NYONDenise Borcard est l'âme de son bistrotDenise Borcard est l'âme de son bistrot

AnniversaireLe Café vaudois, à Nyon, fête ses cinquante ansLe Café vaudois, à Nyon, fête ses cinquante ans

RolleRolle,la pinte est sèche, la ville perd le NordRolle,la pinte est sèche, la ville perd le Nord

Top