11.09.2017, 00:01  

Jeu, sept et match parfait du Stade Nyonnais qui atomise Köniz

Abonnés
chargement
Les Nyonnais ont fait feu de tout bois, samedi contre Köniz.

 11.09.2017, 00:01   Jeu, sept et match parfait du Stade Nyonnais qui atomise Köniz

Par dominique montangero

PROMOTION LEAGUE - A l’issue d’un match à sens unique, le Stade inflige une véritable correction à Köniz (7-0).

Samedi, le Stade Nyonnais, en démonstration, a infligé une gifle mémorable à Köniz. Un score sans appel tant les hôtes se sont montrés supérieurs à de bien pâles Bernois. Mais mettre ce succès fleuve sur la seule faiblesse de l’opposition serait réducteur tant les «jaune et noir» ont fait forte impression.

D’un ensemble hétéroclite, il y a un mois encore, le coach, Oscar Londono a fait une équipe, une vraie. Talentueuse, appliquée, joueuse et diablement...

Samedi, le Stade Nyonnais, en démonstration, a infligé une gifle mémorable à Köniz. Un score sans appel tant les hôtes se sont montrés supérieurs à de bien pâles Bernois. Mais mettre ce succès fleuve sur la seule faiblesse de l’opposition serait réducteur tant les «jaune et noir» ont fait forte impression.

D’un ensemble hétéroclite, il y a un mois encore, le coach, Oscar Londono a fait une équipe, une vraie. Talentueuse, appliquée, joueuse et diablement efficace. Une équipe qui possède tous les atouts – hormis un public – pour aller au bout de ses rêves.

Alignés dans la même composition que la formation rentrée victorieuse de Brühl, les hôtes démarraient la rencontre pied au plancher. Utlisant à merveille la largeur du terrain, alternant jeu court et jeu long, variant le rythme à leur guise, ils monoplisaient le ballon et multipliaient les situations chaudes. La première échut à Chentouf dont la reprise était miraculeusemnt détournée par Aebi (13e). Le portier bernois s’avouait battu, quatre minutes plus tard, sur une frappe insidieuse de Fargues. Peu après la demi-heure, Chentouf et Besnard se faisaient contrer et il fallait attendre la quatrième occasion de la mi-temps pour voir Besnard doubler la mise (37e).

Signal fort

En seconde période, les Bernois sortaient enfin leurs griffes. Par deux fois, Barroca devait s’interposer sur des frappes de Miani (54e) et Makshana (56e). Ces deux uniques alertes réveillaient les Nyonnais qui reprenaient le commandement des opérations. En moins de dix minutes, à la faveur de deux penalties transformés par Chentouf (60e et 68e), ils classaient l’affaire.

Bunjaku (83e) puis Fargues (90e) et Dessarzin (90e+3) salaient l’addition pour le plus grand malheur du portier Aebi. Malgré les sept buts encaissés, il fut, et c’est un brin paradoxal, le meilleur de son équipe. Sans ses parades face à Besnard (89e) et Pont (90e+1), la note aurait, certainement, été plus lourde encore. Ce large succès, acquis avec panache, tombe au bon moment. Avant deux échéances importantes, les pensionnaires de Colovray ont délivré, par l’ampleur du score mais surtout par la qualité du jeu proposé, un signal fort. Ils ont les moyens de leurs ambitions.

Echéances importantes

«On a fait un super match, soulignait Hugo Fargues, auteur d’un joli doublé. Cela fait du bien et c’est bon pour la confiance avant les deux déplacements annoncés.»

Samedi prochain, le Stade se déplacera à Locarno pour le compte des seizièmes de finale de la Coupe de Suisse avant de se rendre, le mercredi suivant, à Kriens, pour défier le leader. Deux déplacements que les Nyonnais, au vu de la forme affichée actuellement, peuvent aborder avec sérénité.

Très heureux de la tournure des événements, Oscar Londono relevait: «On a eu beaucoup de réussite mais c’est une belle victoire. Les automatismes fonctionnent et c’est la récompense du travail et de ce que l’on fait tout au long de la semaine.»

dominique montangero

STADE NYONNAIS - KÖNIZ 7-0 (2-0)

Buts: 17e Fargues 1-0, 37e Besnard 2-0, 60e Chentouf (penalty) 3-0, 68e Chentouf (penalty) 4-0, 83e Bunjaku 5-0, 90e Fargues 6-0, 90e+3 Dessarzin 7-0..

Stade Nyonnais: Barroca; Hiraç, Hebib, Tall, Titié; Dessarzin, Moreno (70e Gaillard), Zambrella (78e Pont), Fargues; Chentouf (74e Bunjaku), Besnard.

Entraîneur: Oscar Londono.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top