01.09.2017, 00:01  

La ligue de diamant, un circuit qui convient aux athlètes suisses

Abonnés
chargement
Lea Sprunger à l’entraînement, mercredi à la Pontaise.

 01.09.2017, 00:01   La ligue de diamant, un circuit qui convient aux athlètes suisses

Par ats

ATHLÉTISME - Ce vendredi se clôture la saison avec, à Bruxelles, la finale de la Ligue de diamant. Lea Sprunger est au départ.

La saison de Ligue de diamant qui s’achève ce vendredi à Bruxelles aura mis en avant l’athlétisme suisse. Les cinq podiums, à ce jour, de Nicole Büchler (2x), Lea Sprunger, Kariem Hussein et Fabienne Schlumpf ainsi que la qualité des meetings de Lausanne et Zurich ont représenté autant de coups de projecteur.

En outre, Athletissima fut une rampe de...

La saison de Ligue de diamant qui s’achève ce vendredi à Bruxelles aura mis en avant l’athlétisme suisse. Les cinq podiums, à ce jour, de Nicole Büchler (2x), Lea Sprunger, Kariem Hussein et Fabienne Schlumpf ainsi que la qualité des meetings de Lausanne et Zurich ont représenté autant de coups de projecteur.

En outre, Athletissima fut une rampe de lancement pour le relais féminin 4x100 m, qui s’y est imposé début juillet (hors Ligue de diamant) en pulvérisant le record national, prélude à sa 5e place un mois plus tard aux Mondiaux de Londres. Les Suisses sont rentrés sans médaille de ces Championnats du monde. Mais leur régularité et leur présence désormais régulière dans les grands meetings jettent probablement les bases d’exploits futurs dans les championnats également, à commencer par les joutes continentales à Berlin l’été prochain.

Lucrative finale

En attendant, il convient de finir la saison en beauté pour Lea Sprunger et Nicole Büchler. A Bruxelles, la Ginginioise, spécialiste du 400 m haies, devra se montrer plus saignante que lors de sa 3e place décrochée en fin de semaine dernière à Zurich, dans une course promotionnelle ajoutée qui n’était pas estampillée Ligue de diamant. Le coup est jouable, d’autant que deux des quatre athlètes qui l’avaient battue en finale des Mondiaux seront absentes: la Jamaïcaine Ristananna Tracey, médaillée de bronze, et la championne du monde, Kori Carter. L’Américaine ne s’est pas qualifiée pour cette finale de la Ligue de diamant car elle a couru essentiellement outre-Atlantique cette saison.

Ainsi, seules la Tchèque Zuzanna Hejnova, double championne du monde, et l’Américaine Dalilah Muhammad, championne olympique, apparaissent sur le papier supérieures à Lea Sprunger pour cette course bruxelloise très lucrative à l’aune de l’athlétisme (50 000 dollars pour la 1re place, 20 000 pour la 2e, 10 000 pour la 3e...).

L’état de fraîcheur au sortir d’une saison axée sur les Mondiaux sera déterminant. Pour l’heure, autant que sa 5e place aux Mondiaux, la course référence de Lea Sprunger reste celle de son record personnel (54’’29) et de sa 2e place à Athletissima.

Nicole Büchler toujours plus haut?

Ces dernières années, Nicole Büchler a habitué, à chaque saison, à améliorer au moins une fois le record de Suisse de la perche. Cette série semble vouloir s’arrêter cette fois, puisque la Biennoise n’est pas montée plus haut que ses 4m73 début juillet au meeting de Londres. Elle y avait pris la 2e place, dans le prolongement de sa victoire à Stockholm quinze jours plus tôt, pour ce qui était le premier succès d’un(e) athlète suisse en Ligue de diamant depuis le lancement du circuit, il y a huit ans. A Bruxelles, Büchler, qui souffre du dos et de la hanche depuis plus d’un mois, tentera l’impossible.

La course aux diamants a aussi permis à Kariem Hussein de sauver sa saison avec sa 3e place, record personnel du 400 m haies égalé (48’’45), lors de la finale à Zurich, après des Mondiaux décevants (8e). Elle a aussi permis à Fabienne Schlumpf de fêter un podium inattendu à Oslo (3e) sur 3000 m steeple, record national en prime (9’21’’65).

Plus généralement, les deux grands meetings de Zurich et Lausanne ont «cartonné» cette saison à l’indice global des performances: ils figurent respectivement aux 2e et 3e rangs du classement de référence publié par all-athletics.com, derrière Eugene (USA), et avant la finale de Bruxelles.

Cette Ligue de diamant, avec son fil rouge toujours peu évident, la participation pas toujours régulière des stars et le manque de moyens de réunions autrefois phares comme Oslo, Stockholm ou Paris, reste largement perfectible. Mais pour l’athlétisme suisse, elle convient plutôt bien. ats


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top