14.09.2017, 12:30  

Le festival Paillote souffle ses 10 bougies

Abonnés
chargement
René Müller, président, et Claude Chappuis, programmateur, sont prêts à célébrer le dixième anniversaire du festival, ce week-end.

 14.09.2017, 12:30   Le festival Paillote souffle ses 10 bougies

MORGES - La dixième édition du festival débute aujourd’hui à Morges. Trois soirs de concerts sont programmés au parc de l’Indépendance.

alexandre caporal

info@lacote.ch

C’est l’histoire d’une petite fête qui, à l’origine, devait uniquement célébrer le premier anniversaire de la Paillote, bar extérieur du restaurant du club nautique de Morges créé en 2007. Une soirée qui s’est vite transformée en un vrai festival de musique prenant ses marques au sein du parc de l’Indépendance, dans un cadre idyllique au bord du Léman. Cette fin de semaine, la dixième édition du Paillote Festival propose trois soirs de...

alexandre caporal

info@lacote.ch

C’est l’histoire d’une petite fête qui, à l’origine, devait uniquement célébrer le premier anniversaire de la Paillote, bar extérieur du restaurant du club nautique de Morges créé en 2007. Une soirée qui s’est vite transformée en un vrai festival de musique prenant ses marques au sein du parc de l’Indépendance, dans un cadre idyllique au bord du Léman. Cette fin de semaine, la dixième édition du Paillote Festival propose trois soirs de concerts gratuits en plein air, entre têtes d’affiche francophones, découvertes et formations helvétiques confirmées.

Premiers amours

A l’origine orienté rock, le Paillote accueille aujourd’hui des styles éclectiques afin de coller à son image populaire et de proposer de la musique pour tous les goûts. Mais aujourd’hui, la soirée promet un retour aux sources pour le moins électrique: «Ce soir, je ne veux manquer aucun des quatre groupes», assure René Müller, fondateur et président du festival, qui n’oublie pas ses premiers amours. Aux côtés des rockeurs biennois de The Clive et du duo genevois One Rusty Band, The Deeds risque bien de créer la surprise. Fruit d’une rencontre entre les membres des groupes établis Krokus et Dirty Sound Magnet, la formation vaudoise défendra un rock’n’roll puissant et efficace.

En ouverture de bal, la scène accueillera un jeune groupe lausannois, Fixit, vainqueur d’un tremplin organisé cette année par le festival morgien lors de la Fête de la musique de la commune. «C’est la deuxième fois que nous faisons ce concours. Il permet non seulement de mettre en lumière un jeune groupe, mais également de faire parler du Paillote quelques mois avant l’événement», explique le programmateur Claude Chappuis.

Mélange festif

Les soirées de vendredi et de samedi proposeront, quant à elles, un mélange des genres pour le moins festif. «Le rock côtoiera le reggae, le ska, la chanson, le groove, et même la pop celtique ou le beat box» dans l’objectif d’attirer un public jeune ou plus familial. Le programme de samedi proposera notamment une animation entre les concerts avec le Cirque du Botte-Cul, où une comédienne «racontera des petites histoires aux enfants sous son parapluie», sans oublier le traditionnel feu d’artifice de clôture.

Au-delà des artistes suisses au programme, le Paillote mise aussi sur des têtes d’affiche internationales pour attirer les foules. Cette année, ce sont les Français de Los Tres Puntos, dont le ska-punk a marqué les années 1990 au fer rouge, et ceux de Mountain Men, qui dynamitent le blues à grands coups de riffs enragés. Une offre coûteuse qui représente un risque financier de plus en plus important pour le festival open air.

Vers des entrées payantes?

«On est tributaire du beau temps, s’inquiète René Müller. L’année passée, le festival a fait les frais d’une météo capricieuse et a dû essuyer un certain déficit.» En proposant des concerts entièrement gratuits, le Paillote compte sur une consommation dans les stands de nourriture et dans les bars pour rester dans les chiffres noirs.

Si l’événement affiche aujourd’hui un budget d’environ 240 000 francs par édition, c’est en grande partie grâce aux subventions de la commune et de ses partenaires privés. Des soutiens précieux qui se font de plus en plus rares, selon le président de la manifestation: «Rester un festival gratuit devient mission impossible. Nous réfléchissons à faire payer les entrées, mais cela remettrait en question beaucoup de choses.»

Un changement qui permettrait notamment à l’association du Paillote, qui compte environ 100 membres et une dizaine de bénévoles au comité d’organisation, de franchir une nouvelle étape en employant des travailleurs à l’année. Et peut-être de réaliser le rêve du fondateur: «Faire jouer les rockeurs de Gotthard sur la scène du parc de l’Indépendance.»

au programme

Jeudi 14 septembre: Fixit (19h), The Clive (20h15), The Deeds (21h45), One Rusty Band (23h30).

Vendredi 15 septembre: Kaceo (18h30), Koqa Beatbox (20h), Booost (21h45), Los Tres Puntos (23h15), The Crags (00h45).

Samedi 16 septembre: Jacko & The Washmachine (17h30), Antipods (19h), Anach Cuan (20h30), Mountain Men (22h15), Primasch (00h15). Parc de l’Indépendance, entrée libre. www.paillote-festival.ch


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top